Accueil > Arts et cultures > Littératures

Reprise des cours collectifs au 15 rue du Britais pour la saison 2018-2019 le lundi 10 septembre - Nouveauté cours de rock'n roll (be bop) débutant lundi 19h30 - Bachata & danses caraïbe (merengue, zouk, kompa, kuduro) lundi 20h30 - Salsa cubaine débutant lundi 21h30 ou mardi 19h30 - Journées Portes Ouvertes du 10 au 15 septembre : tous les cours sont à l'essai gratuitement

Haïti


 

Située en mer des Caraïbes, Haïti a une superficie de 27 750 km 2 dont 190 km 2 d'eau pour une population de 8 527 817 habitants. Haïti est un état des Grandes Antilles et occupe le tiers occidental de l'île d'Hispaniola, partageant l'ensemble de l'île avec la République Dominicaine.

Haïti bénéficie d'un climat tropical ce qui signifie de fortes pluies d'avril à juin et d'octobre à novembre. En plus de ces fortes précipitations, l'île subit également des ouragans. De ce fait, l'île est régulièrement ravagée comme en mai 2004 avec de fortes pluies ou encore en septembre de la même année avec l'ouragan Jeanne. Le 12 janvier 2010, l'île a subi un tremblement de terre d'une magnitude de 7,0 à 7.3 sur l'échelle de Richter ayant causé 230 000 morts, 300 000 disparus et 1.2 millions de sans-abris.

L'île est principalement constituée de montagnes escarpées ainsi que de petites plaines côtières et vallées. Le fleuve principal de l'île est l'Artibonite. Sa capitale est Port-au-Prince. 2 millions de personnes y vivaient.

 

Avant l'arrivée de Christophe Colomb le 5 décembre 1492, l'île était habitée par des peuples de culture Arawak, Caraïbes et Tainos. Ils étaient environ 300 000 à la fin du XV ème siècle. Lors de son installation, Christophe Colomb renomma l'île Hispaniola.

Dans un premier temps, l'île fut exploitée pour ses ressources en or. Les habitants qui refusèrent de travailler dans les mines furent massacrés ou réduits en esclavage par les espagnols. Les difficiles conditions de travail et de vie ainsi que l'esclavage firent que la natalité chuta. De plus, avec l'arrivée des européens, de nouvelles maladies furent introduites dans l'île. De ce fait, la population indigène fut décimée en quelques dizaines d'années.

Suite à l'extinction de la population, les espagnols eurent recours au commerce triangulaire afin d'importer une main d'œuvre abondante et docile, en provenance de l'Afrique Noire. Ainsi, dès 1517, la traite des esclaves fut autorisée par Charles Quint.

Dès le début, l'ouest de l'île fut négligé par les espagnols ce qui permit à certains boucaniers français de s'y installer au fur et à mesure. Ensuite, les colons organisèrent des plantations et des villes. En 1697, le traité de Ryswick partagea l'île entre la France et l'Espagne. Au XVIII ème siècle, la partie occidentale connue sous le nom de Saint Domingue, appartenant aux français, devint la colonie française la plus riche de toute l'Amérique grâce à un commerce florissant, notamment dans le domaine du sucre.

 

De nombreux bouleversements sociaux eurent lieu au moment de la Révolution française. En effet, la révolte des esclaves de la région entraine l'abolition de l'esclavage en 1793, par les commissaires civils Sonthonax et Polverel. Toussaint Louverture fut nommé gouverneur notamment après avoir chassé les Espagnols et les Anglais qui menaçaient l'île. Grâce à des mesures audacieuses et innovantes, il réussit à rétablir la prospérité économique de la colonie.

Malheureusement, ses mesures furent trop audacieuses au goût de Napoléon, surtout celle concernant une constitution autonomiste. De ce fait, une expédition de 30 000 hommes fut envoyée sous les ordres de son beau-frère, le Général Leclerc. Malgré quelques victoires ainsi que l'arrestation et la déportation de Toussaint Louverture, les troupes françaises furent vaincues à la bataille de Vertières par Jean-Jacques Dessalines. Le 1 er janvier 1804, le pays devint indépendant sous le nom d'Haïti.

Dessalines, devenu gouverneur à vie, fit exécuter les derniers blancs de l'île et gouverna en despote. Il périt assassiné le 17 octobre 1806. Suite à cet épisode, le pays fut divisé en deux, avec un royaume au nord, dirigé par Henri Christophe, et une république au sud, dirigée par Alexandre Pétion. Le président Jean Pierre Boyer fit réunifier ces deux parties ainsi que la partie est de l'île. Le 11 juillet 1825, le roi de France Charles X menaça de reconquérir l'île et envoya une flotte de 14 vaisseaux. Boyer fut obligé de signer un traité dans lequel le pays devait verser une indemnité de 150 millions de francs-or à la France pour que celle-ci reconnaisse l'indépendance. Le remboursement de cette indemnité fait toujours débat, que ce soit en France ou en Haïti.

 

Après le départ de Boyer, de nombreux coups d'état eurent lieu en Haïti. Le pouvoir fut sans cesse contesté par des factions de l'armée, les élites mulâtres et noir et la classe marchande. Le pays s'appauvrit. De ce fait, au début du XX ème siècle, le pays était en état d'insurrection quasi-permanente.

De 1957 à 1986, la dictature des Duvaliers régna. C'est sous cette dictature que le système de délation et d'escadron de la mort dits "Tonton Macoute" fut mis sur pied ce qui entraina l'exil de nombreux haïtiens. Au mois de décembre 1990, l'ancien prêtre Jean Aristide remporta les élections. Après un coup d'état de Raoul Cédras, il fut rétabli au pouvoir en 1994 par Bill Clinton. Il fut réélu en 2000 mais le 29 février 2004, après plusieurs mois de manifestations populaires, il fut emmené en exil par des militaires étasuniens. En février 2006, René Préval, ancien proche d'Aristide, fut élu malgré des doutes sur le décompte des votes.

Le 12 janvier 2010 la ville de Port au Prince a été entièrement détruite. A raison de 1000 camions tous les jours, Bill Clinton avait supposé qu'il faudrait 3 ans pour enlever tous les gravats dans la ville. Après le début des opérations, l'état déplorable des infrastructures routières et la disparition ou l'inexistence de 95 % des titres de propriété incitent certains observateurs à parler de 20 années.