Accueil > Arts et cultures > Littératures

Dimanche 10/06 16h00-19h00 : BAL DES CARAÏBES au Ray Vaughan (Mayenne), cours salsa pour débutant suivi d'un après midi danses -

La Martinique


 

Située dans l'archipel des Petites Antilles, la Martinique a une superficie de 1 128 km 2 pour une population de 397 730 habitants. Cette île bénéficie d'un climat tropical avec une température moyenne de 26°C sur l'année et une forte humidité en mars-avril et octobre-novembre.

 

D'après des recherches archéologiques, on sait que les premiers habitants, les amérindiens, se sont installés sur l'île au I er siècle, ce qui est assez récent comparé à d'autres îles des Antilles comme la Guadeloupe où les premiers habitants sont datés de 7 000 ans avant J-C.

Ces premiers habitants sont originaires de la forêt amazonienne. Ils portent le nom d'Arawaks qui désigne plutôt une famille linguistique puisque l'on retrouve ces Arawaks dans d'autres îles des Antilles. Cette population pratique surtout l'agriculture ainsi que la pêche et la cueillette.

Au Xème siècle, les Caraïbes débarquent et conquièrent peu à peu les îles des Antilles. Ils arrivent en Martinique vers 1350.

 

Christophe Colomb découvre l'île le 15 juin 1502 lors de son quatrième voyage.

En 1635, Pierre Belain d'Esnambuc installe la première colonie pour le royaume de France et la Compagnie des Iles d'Amérique. L'île produit de nombreuses denrées très demandées dans les cours européennes comme le tabac, le rocou, l'indigo ou le cacao, qui sont à la mode et que les nobles s'arrachent au prix fort.

Malheureusement, dans la seconde moitié du XVII ème siècle, la crise du tabac ruine les premiers planteurs. De ce fait, ils se tournent vers la production de sucre, possible grâce à l'esclavage et le commerce des Noirs. Ainsi, le commerce triangulaire entre l'Europe, l'Afrique et les Amériques se développe. Dès la fin du XVII ème siècle, la population noire en provenance d'Afrique dépasse largement le nombre d'habitants blancs.

 

Malgré l'abolition de l'esclavage par la Convention du 4 février 1794, l'abolition ne sera pas appliquée et l'esclavage sera toujours présent en Martinique, surtout que celui-ci est rétabli par Napoléon le 20 mai 1802.

L'abolition sera définitive le 27 avril 1848 mais ne sera vraiment appliquée que le 23 mai de la même année, suite à la révolte des esclaves les 22 et 23 mai 1848.

De 1853 à 1870, on assiste à une vague d'immigration en provenance de l'Inde pour remplacer les esclaves noirs. Ces migrations expliquent la coexistence de nombreuses cultures et influences en Martinique.

Malgré les menaces de certains scientifiques d'une possible éruption de la montagne Pelée, la ville de Saint Pierre n'est pas évacuée. Le 8 mai 1902, tous les habitants meurent lors de l'éruption ce qui porte un coup très dur au pays car Saint-Pierre était la ville la plus importante de l'île et un port essentiel pour l'économie de la Martinique.

 

La Martinique devient un département d'outre-mer le 19 mars 1946 puis une région le 20 février 1983 avec les premières élections au suffrage universel des conseillers régionaux .

Le 7 décembre 2003, par référendum les électeurs de la Martinique ont rejeté à 50.48 % la fusion des conseils général et régional en une institution unique.

Le 16 août 2005, un MD80, vol charter de la compagnie colombienne West Caribbean, avec à son bord 160 passagers dont 152 martiniquais, s'abîme s'écrase entre le Panama et la Martinique.

Le 17 avril 2008, Aîmé Césaire meurt à l'âge de 94 ans. Homme de lettres à l'origine du concept de « négritude », homme politique, il fut député et maire de Fort de France durant 56 ans, des obsèques nationales lui ont été rendues en présence du chef de l'Etat.

Le 10 janvier 2010, par référendum, les électeurs ont rejeté à 79.4 % le passage de la Martinique en Collectivité d'Outre-Mer (COM).

Quinze jours plus tard, le 24 janvier 2010, lors d'un second référendum, les électeurs approuvent 68.4 % la fusion des deux conseils pour une collectivité unique.