Accueil > Arts et cultures > Littérature > Reinaldo Arenas

Reprise des cours collectifs au 15 rue du Britais pour la saison 2018-2019 le lundi 10 septembre - Nouveauté cours de rock'n roll (be bop) débutant lundi 19h30 - Bachata & danses caraïbe (merengue, zouk, kompa, kuduro) lundi 20h30 - Salsa cubaine débutant lundi 21h30 ou mardi 19h30 - Journées Portes Ouvertes du 10 au 15 septembre : tous les cours sont à l'essai gratuitement

AVANT LA NUIT DE Reinaldo ARENAS (Cuba)
Editions Babel


Avant la nuit

4e DE COUV.

"De l'enfant nu qui mange de la terre dans une vieille ferme de Holguin à l'exilé cubain qui, à quarante-sept ans, malade, se donne la mort à New York, l'existence de Reinaldo Arenas est guidée par l'anticonformisme viscéral de qui a osé prendre tous les risques.
Vibrant témoignage sur les exactions de la dictature castriste, Avant la Nuit et une oeuvre littéraire à part entière composée avec fureur et poésie. Elle est traversée de ses principaux thèmes de prédilection : une recherche éperdue de beauté, encore la une, toujours la mer, et une sexualité débridée comme manifestation absolue de liberté et , da ns son cas, de résistance.
Porté à l'écran par Julian Schnabel, Avant la nuit a obtenu le grand prix spécial du jury 2000 à la Mostra de Venise."

LES PREMIERES LIGNES

"L'hiver 1987, j'ai cru que j'allais mourir. Depuis des mois, j'avais de terribles poussées de fièvre. J'ai consulté un médecin. Diagnostic : sida. Comme mon état empirait, j'ai pris un billet pour Miami, décidé à mourir au bord de la mer. Pas vraiement à Miami, mais à la plage. Cependant, comme sous l'effet d'une bureaucratie diabolique, tout ce que l'on désire tarde à s'accomplir, même la mort.
Je ne prétendrai pas, à vrai dire, que je souhaitais mourir, mais j'estime que lorsqu'il n'y a plus d'autre choix que la souffrance et une douleur sans espoir, la mort est mille fois préférable. En outre, quelques mois auparavant, j'étais allé dans une pissotière, et l'impression d'expectative complice si familière ne s'était pas produite."

VOYAGE A LA HAVANE
DE Reinaldo ARENAS (Cuba)
Editions Mille et une nuits

Voyage à la Havane

4e DE COUV.

"En trois récits flamboyants et sulfureux, Reinaldo Arenas propose un voyage hallucinogène vers la face obscure d'une Havane magique, défigurée par l'enfer carcéral et la désillusion.

Qu'ils racontent les déconvenues d'un couple tragicomique qui sublime son existence par la création de tenues excentriques, les agissements d'une furieuse nymphomane qui possède le sourire énigmatique dans l'île aux seules fins de s'assurer qu'il n'y a pas de retour possible, ces récits ne donnent pas à déchiffrer une anecdote commune. Ils unissent, par le jeu des singes, des mythes et des circonstances, des personnages contraints à réaliser un étrange parcours vers le seul lieu où se trouve leur véritable identité."

LES PREMIERES LIGNES

"La première larme que j'ai versée est tombée sur les mailles de mon point de crochet à quatre aiguilles. Mais j'ai continué à tricoter comme si de rien n'était. Maintenant, les mains trempées, je réalise pour de bon que c'est pour toi que je pleure. Pour toi, Ricardo (jai encore du mal à t'appeler ainsi). Et puis ma figure doit être barbouillée de noir à cause de ce fil chinis impossible, mais on n'en trouve pas d'autre. Je commence à me calmer. J'entame le dernier liseré de la jupe. Les finitions. J'attaque le point à quatre mèches et les noeuds français ; c'est le plus difficile, mais j'arrive au bout de mon tricot. Ensuite viendra la dernière touche, le stoppage et l'ultime passepoil à la lame de rasoir (rouillée). Tout sera prêt alors. Voyons, voyons. Cependant, je pense à toi sans cesse. C'est plus fort que moi, hélas, Ricardo.... "

 

 

BIOGRAPHIE

Reinaldo Arenas

Reinaldo Arenas est né à Holguin, Cuba, le 16 juillet 1943. Abandonné par son père, le petit Reinaldo grandit ainsi dans une famille paysanne pauvre, sa mère s'étant réfugiée chez ses parents.
À 13 ans, le jeune Reinaldo montre déjà des talents d'écrivain, de poète. Il s'engage alors auprès des révolutionnaires castristes pour les aider à triompher du dictateur Batista.
La révolution achevée, il étudie à l'université de La Havane puis travaille pour la Bibliothèque NationaleJosé Marti . Il doit alors tout au régime castriste, qui lui a offert l'éducation et un travail. Il rêve d'embrasser une carrière d'écrivain. Le jeune homme paraît sur la bonne voie. Son premier roman Celestino antes de alba ( Les chants du puits ) s'est distingué au concours national d'écriture. Il se satisfait d'autant mieux du régime qu'il peut profiter pleinement d'une grande liberté sexuelle, et vivre librement son homosexualité.
Le pouvoir veut bientôt reprendre en main les Cubains. La révolution culturelle de l'île caribéenne prend une facette plus dure. Les écrivains doivent censurer leurs écrits, les homosexuels sont considérés comme déviants . Arenas commence à subir les persécutions des autorités, mais il continue d'écrire et de vivre sa sexualité comme il l'entend afin de pouvoir demeurer libre. Il ne peut plus faire paraître ses œuvres sur l'île mais parvient à les envoyer illégalement à l'étranger. Le peintre cubain Jorge Camacho, exilé en France, l'aide à faire paraître ses livres dans le reste du monde.
Ses critiques contre le pouvoir et son homosexualité lui valent de connaître la prison et les camps de réhabilitation par le travail. Cela ne l'empêchera jamais d'écrire. Tous les moyens sont bons pour transmettre ses écrits. En prison, il fera par exemple appel aux rectums de visiteurs. Il quitte l'île en 1980, au cours de l'exode de Mariel, en compagnie de milliers de dits "rebuts de la société expulsés par le régime cubain. En 1987, Arenas apprit qu'il était atteint du sida. Après avoir lutté contre la maladie, il finit par prendre alcool et médicaments et mit fin à ses jours le 7 décembre 1990. Il écrivit une lettre destinée à être publiée :

« En raison de mon état de santé et de la terrible dépression qu'elle me cause du fait de mon incapacité à continuer à écrire et lutter pour la liberté de Cuba, je mets fin à ma vie . . . je veux encourager le peuple Cubain dans l'île comme à l'extérieur, à continuer le combat pour la liberté. . . . Cuba sera libérée. Je le suis déjà. »

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Mona and Other Tales (2001) Traduction en anglais d'un recueil de nouvelles parues en Espagne entre 1995 et 2001
  • Adiós a mamá (1996)
  • Final de un cuento (El Fantasma de la glorieta) (1991)
  • Antes que anochezca (1990) Avant la nuit,
  • Viaje a La Habana (1990).
  • El Asalto (1990)
  • Voluntad de vivir manifestándose (1989)
  • La Loma del Angel (1987),
  • El portero (1987)
  • Cinco obras de teatro bajo el título Persecución (1986).
  • Necesidad de libertad (1986)
  • Arturo, la estrella más brillante (1984), Arturo, l'étoile la plus brillante
  • Otra vez el mar (1982). Encore une fois la mer
  • El mundo alucinante , 1982. Le monde hallucinant 1969. Le texte français est paru avant la version originale.
  • Cantando en el pozo (1982) (à l'origine Celestino antes del alba (1967)). Le puits
  • El color del verano (1982) La Couleur de l'Eté , 1980. Mille et Une nuits (2007)
  • El palacio de las blanquisimas mofetas (1982). Le palais des très blanches mouffettes
  • La plantation
  • El central (1981),
  • Termina el desfile (1981).
  • La vieja Rosa (1980),
  • Con los ojos cerrados (1972).