Accueil > Arts et cultures > Littérature > Fabienne Kanor

Reprise des cours collectifs au 15 rue du Britais pour la saison 2018-2019 le lundi 10 septembre - Nouveauté cours de rock'n roll (be bop) débutant lundi 19h30 - Bachata & danses caraïbe (merengue, zouk, kompa, kuduro) lundi 20h30 - Salsa cubaine débutant lundi 21h30 ou mardi 19h30 - Journées Portes Ouvertes du 10 au 15 septembre : tous les cours sont à l'essai gratuitement

"Humus"
de Fabienne Kanor romancière martiniquaise

Humus

Humus : Quatrième de couverture

"Ne pas savoir. Encore attendre. Dormir là, dans cette case où entre la mer. C'est la nuit qu'elle marche, à pas feutrés. La nuit qu'elle se glisse dans notre sommei. Je me réveille. La pièce vibre. Lo'reille cherche. Cela vient de tout près, de très loin, de partout. Qui peut savoir avec cette mer dont nul n'a jamais vu le bout ! Car plus tu avances, plus tu t'éloignes. C'est ce que l'on raconte. On dit aussi que l'océan grossit. Que vient un temps où tes jambes sont trop courtes et ne peuvent plus te porter.
Le vent retombe et la chaleur est insupportable.
Au fil des jours, je découvre les visages. les femmes parlent, se lient d'amitié en fonction des langues et des sourires. Ma nouvelle camarade est de ma taille. Même poids, même prix, même coeur. Ne dort jamais la nuit.
Tout ce que je possède est à elle, le peu qu'elle a, c'est avec moi qu'elle le partage. L'eau, la bouillie, son pagne qu'elle défait, où nous nous terrons comme deux enfants, liés par un formidable secret."
En 1774, pleine époque de la traite des Noirs, quatorze femmes parquées dans les cales d'un bateau négrier nantais, Le Soleil, décident de se rebeller et de sauter à l'eau."

Les premières lignes

"Au commencement était l'absence. Rien dire, ne pas être. Rien qu'une chosedont ils se servent. Qu'ils usent jusqu'à ce que son dedans casse.
J'ai tout vu. Ne me demandez pas quoi. Les mots perdus le sont à jamais. Il faudraitn inventer pour bien faire, dire tout ce qui me passe par la tête. Des mots pour rire, pour oublier les mots, des mots pour faire comme si. Qui se soucie encore des détails ?
La mer est bleue. il y a un bateau posé dessus. Si lourd qu'on dirait qu'il ne va jamais pouvoir tenir. Il tient. Magie blanche. Il bouge, même.
(On distingue la mer au loin. Rien d'extraordinaire au fond. A cause du soleil, la fille fronce les soucils, s'assoit sur ses talons et raconte un peu.)
Je ne ais plus le nom du pays. J'atais trop jeune quand ils sont venus me prendre. La femme qui m'a bercée, elle aussi, je l'ai oubliée. Seule la voix est demeurée, rauque, la voix d'un ciel fou. Autour du village... "

Le point de vue de Marie
Librairie M'LIRE - Laval

Basée sur des faits réels retrouvés par l'auteur dans le journal d'un capitaine négrier aux archives de Nantes, l'histoire d'Humus est multiple, elle est le chant de quatorze femmes dépossédées de leur famille, de leur village, de leur vie, et surtout de leur personne. En 1774, le navire négrier Le Soleil partit de Nantes pour longer la côte africaine, y capturer des esclaves puis traverser l'océan et vendre sa cargaison sur le Nouveau Monde. Ce qui n'était pas prévu, c'est que quatorze femmes se décident à fuir leur nouvelle condition au beau milieu de la traversée. En effet, ces femmes, qui ne se connaissaient pas, décident un jour de sauter à l'eau, dans l'espoir de s'échapper ou de mourir plutôt que de finir humiliées et avilies. Sept d'entre elles seront sauvées car la vie d'un esclave en vaut le prix.
Fabienne Kanor nous conte dans ce roman les petites histoires qui font la grande. Pas d'épopée lyrique ni d'aventures rocambolesques, vous êtes prévenus dès le départ. Ici, ce sont les voix de ces femmes qui résonnent encore deux siècles après les faits et viennent nous faire entendre leurs plaintes et leurs cris. Dans une langue pleine d'oralité, un style vif et dur, nous sommes conviés à voir de l'intérieur la souffrance et la barbarie d'un système. Fabienne Kanor porte l'histoire de ces femmes avec compassion et tendresse et leur rend non seulement hommage mais aussi leur dignité."

Point de vue de Marco
Association La Bougeotte - Laval

Ce n'est pas un livre contre l'exclavage. C'est plus fort, comme une invitation à partager la destin de quatorze femmes, noires et vivantes. Des femmes volées à leur continent, violées, cassées pour devenir exclaves. Quatorze témoignages bouleversants, emprunts de simplicité et d'authenticité. Quelle leçon de vie !
Qu'ont-elles en commun ? Un fait divers, une note dans le journal de bord de Louis Mosnier, capitaine du "Soleil", bateau négrier nantais :
"- le 23 mars dernier, il se serait jeté de dessus la lunette à la mer et dans les lieux quatorze femmes noires toutes ensembles et dans le même temps, par un seul mouvement... "

Biographie

Fabienne Kanor Fabienne Kanor est originaire de la Martinique mais a grandi en métropole. Après avoir été journaliste, elle se consacre aujourd'hui à l'écriture et au cinéma. Humus est son deuxième roman après D'eaux douces (prix littéraire Fetkann ! 2004) publiée chez Gallimard dans la même collection.



Bibliographie

D'eaux douces Edition Gaillimard, collection Continents noirs, 2004.